Pourquoi tu ne vends pas bien (tes créations/services)

Voilà, le constat est là: tu as fait énormément d'efforts mais les ventes ne tombent pas. Tes créations ou ton service semblent n'intéresser personne, ou bien tu vends un peu mais pas assez pour te rémunérer chaque mois, ou encore, tu as vendu à quelques clients (ta voisine et ta meilleure amie). Que se passe-t-il? Petit plongeon vers les raisons qui font que ça ne "cling" pas.

Rien de plus douloureux et stressant que de voir les efforts fournis depuis longtemps par rapport à des résultats décevants voire désastreux, n'est-ce pas?


PS: cet article est un peu long. Cependant, quand on vit cette situation, on ne peut pas se contenter de faire de la surface :-) Et crois-moi, je connais bien cette torture du cerveau qui t'empêche de dormir la nuit.


Commençons par le plus important (nous poursuivrons avec une liste des possibilités qui contribuent probablement au fait que ça ne marche pas ou pas assez bien pour toi):


Lorsqu'on veut vendre à tout le monde, personne en particulier ne réagit. C'est comme quand on dit "est-ce que quelqu'un peut ouvrir la porte?". Tout le monde est "quelqu'un" mais personne ne se lève.

1. Ne pas être assez précise (un positionnement flou)


On a souvent l'impression qu'on risque de perdre des clients si on ne vend qu'à un certain type de clients. Exemple: je connais beaucoup de photographes/vidéastes qui font de tout: du mariage, du familial, de l'entreprise, du couple, du bébé, de la mode... et en plus, dans plusieurs styles différents. Pour moi, c'est la noyade. C'est souvent parce qu'on se dit qu'il faut accepter tout le monde. Or, si j'arrive sur un site internet de ce genre, je ne sais pas où aller ni ne sais si c'est fait pour moi: résultat, je quitte la page.


Or, si par exemple je suis sur le point de me marier et que j'arrive sur un site web spécialisé sur ce thème, qui ne parle que en mes mots, et avec un univers par lequel par exemple j'ai été attirée via Instagram, c'est certain que je suis plus rapidement convaincue lorsqu'on dirait que tout est pour moi.


Dans le cas contraire, imagine ceci: c'est comme si un boulanger me disait: "Je peux vous faire du pain. Mais si vous préférez, je peux aussi faire des pizzas, j'en suis capable. Si vous n'aimez pas les pizzas, je peux aussi faire des sushis." Or, ce dont je rêve, c'est plutôt un boulanger passionné par son pain: qui m'en parle comme de son premier enfant, qui me fait sentir l'odeur de la cuisson et le moelleux de la mie, le croquant de la croûte, et qui me dit que chaque jour il se lève avec la passion de sa boulangerie. Pas vous?


Enfin, ne pas être assez précis, c'est aussi être trop large et vague: exemple: "Je fais des sites internet pour les entrepreneurs". Mh... N'est-ce pas différent si je dis "Je crée des site internet enivrants et qui aident à vendre, pour des entrepreneurs du prêt-à-porter pour enfant".


Il y a un monde de différence entre les 2 propositions: dans ce dernier cas, si je connais quelqu'un qui en a besoin, je n'hésiterai pas une seconde à recommander.




Quelques autres possibilités courantes qui font que ça ne marche pas (je suis passée par là, rassure-toi, on est toutes logées à la même enseigne et c'est un travail de tous les jours):



2. Avoir créé un site internet où il ne se passe rien et où tu attends le client.


On dépense parfois une fortune pour un Beau Super Méga Joli site. Où il ne se passe rien. Dans le meilleur des cas (et c'est souvent rare) il a été très bien construit pour "convertir", donc donner au visiteur sérieusement l'envie de payer pour tes services ou s'offrir ton produit.


Mais le plus souvent, c'est rare car ça demande que tu connaisses parfaitement ta clientèle et que tu aies pu transmettre tout cela au créateur de ton site. Pour ma part, mes débuts étaient un désastre de ce point de vue.


D'autre part, une des raisons qui permet d'être trouvable mais aussi qui donne envie de revenir (étant donné que le client ne se décide pas toujours du premier coup), c'est quand il s'y passe quelque chose, ou que le client a été encouragé à laisser son mail (pour que tu puisses rester en contact). Pour laisser son mail, il lui faut une bonne raison. Et pour revenir sans laisser son mail, il faut qu'il trouve sur le site du contenu à consommer qui a été créé tout spécialement pour lui.


Donc: avoir un chouette blog, par exemple, ou du contenu sous la forme qui te convient le mieux.




3. Aller dans tous les sens sans te concentrer sur ce qui marche pour toi


En tant qu'entrepreneur, on passe souvent beaucoup plus (trop) de temps à courir comme un poulet sans tête sans prendre le temps 1) de s'arrêter pour observer ce qui marche et ce qui ne marche pas 2) pour approfondir et se concentrer uniquement sur ce qui fonctionne. Car une fois que tu as pu aller au bout de ce qui marche, tu pourras ajouter un "étage" à ta maison.


De nouveau, on a peur de louper des clients: du coup, on s'en donne à cœur joie dans tous les sens.


Quand je parle de "ce qui marche pour toi", il peut s'agir d'un produit plutôt qu'un autre, d'une méthode de travail plutôt qu'une autre, d'un canal de promotion (par exemple réseaux sociaux) plutôt qu'un autre, d'un "pitch" de vente plutôt qu'un autre. Resserre l’étau, essaie peu de choses à la fois, va jusqu'au bout, mesure les résultat puis tranche avant de passer à autre chose.


Exemple: je garde Instagram, FB, Youtube et un chouïa Pinterest, mais pas pour les mêmes raisons ni les même résultats. D'autre part, je n'ai pas tout commencé en même temps et j'ai pris le temps de mesurer ce que "rapportait" le travail effectué sur chaque plateforme. A propos des autres plateformes? Je m'en fiche pour l'instant: d'abord je n'aurais pas le temps, ensuite elles m'attirent moins, enfin il ne faut pas être partout à la fois pour autant. Je reste persuadée que pour faire du bon boulot, il faut garder une notion de plaisir.


Autre exemple: éviter de s'acharner à créer de nouvelles collections pour ce petit pantalon pour bébé dont personne ne veut, alors que tout le monde achète le T-shirt, simplement parce que toi tu préfères créer le pantalon. Regarder cela en face te permettra de trouver le juste équilibre entre plaisir et rentabilité, mais pour cela, il faut sortir la tête du guidon et analyser un peu en détails, avec moins d'émotions.



4. T'évertuer à essayer de vendre uniquement ce que toi tu as envie de faire sans réaliser que les clients s'en fichent à peu près


Une de nos erreurs courantes en tant que passionné, c'est de se lancer à corps perdu dans la création de ce "truc génial que tout le monde va aimer et que toi tu adores". Peut-être... ou pas. Sais-tu vraiment si les gens vont aimer? As-tu juste l'impression ou déjà quelques éléments de preuve? (l'avis de ta maman ne compte pas tout à fait :-) )


C'est toujours plus important de tenir compte de l'avis/des besoins/de la personnalité de tes clients, même si tu restes toi-même et que tu injectes ta personnalité. Si tu continues à vendre un truc auquel les clients de réagissent pas, entre en contact avec eux pour savoir ce qui cloche. Est-ce qu'ils n'aiment pas? Est-ce qu'ils ne comprennent pas? Est-ce que c'est le prix?


Il y a plusieurs moyens d'en savoir plus et parfois on est très surpris.



5. T'évertuer à essayer de vendre ce dont les clients on besoin, plutôt que ce qu'ils veulent vraiment - car ils ne savent pas qu'ils en ont besoin


Tout est dans le vocabulaire mais ça change tout. Par exemple, une boutique de vêtements qui ne vend pas bien aurait surement besoin d'un bon plan de marketing/communication. Cependant, le gérant, lui, il ne veut pas "un plan de communication", pas du tout, il veut... plus de clients. Donc si tu essaies de lui vendre ce dont il a besoin plutôt que ce qu'il veut, vous ne vous rencontrerez jamais sur le même langage. Le tout est donc de comprendre ce qu'il veut, pour l'amener à utiliser tes méthodes pour atteindre ce résultat.


Autre exemple: une mère déborder ne veut pas tellement plus "apprendre la méditation", elle veut être capable de garder calme et patience quand les marmots hurlent en tous sens dans la maison. La méditation? Juste le bateau pour y arriver.



6. Avoir un modèle économique de départ qui est bancal (rentabilité, coûts de production...)


C'était tout à fait mon cas les premières années. Croire que j'allais être capable de réaliser et vendre des pièces uniques (mobilier) à trop bas prix pour les heures de travail effectuées, et ce 300 jours par an pour un type de produit complètement atypique et non nécessaire dans la vie des gens, dans un pays minuscule et sans aucune communication.


L'erreur n'était de créer ces produits mais d'avoir mal réfléchi/mal regardé le modèle de départ: de les vendre trop peu chers, n'avoir aucune communication et de tout faire reposer sur ces ventes, de croire que mon corps allait tenir sans jamais craquer. Si je m'étais arrêtée un tant soit peu sur les détails (ou plutôt si j'avais sorti la tête de ma passion 5 minutes) j'aurais tout de suite vu l'erreur dans le puzzle.



7. Avoir un bon produit/service ou de belles créations mais un site web où ne comprend rien de ce que tu fais ou vends


Savoir traduire son produit/service en mots et images est vraiment précieux. Car j'ai vu d'innombrables belles choses qui, une fois sur le site, sont très éloignés de la réalité. C'est donc vraiment dommage et dans ce cas-là, je connaissais le produit pour l'avoir vu. Or, si ton souhait est d'utiliser de plus en plus le web pour avoir plus de clients ou même vivre du web avec le temps, ces compétences deviendront primordiales: rendre la compréhension de ce que tu fais rapide, facile, convaincante et alignée avec la réalité.



8. T'excuser de vendre, d'être qui tu es, de faire ce que tu fais


Mmmmh j'imagine que ça, ça te dit quelque chose... on a tellement dur parfois d'oser être rémunéré pour ce qu'on fait de bien! Tout un tas de pensées parasites font obstacle, conscientes ou inconscientes. Le sentiment qu'on est pas la meilleure, qu'on aurait pu mieux faire, à la limite notre comportement pousse presque à demander un remboursement pour aller chez le concurrent, dont on fait en plus la promotion sans s'en rendre compte.


Assumons ce que nous faisons de bien et qui nous sommes. S'il y a un défaut, on assume et on le corrige, pour ne plus que ça arrive. On progresse tous. Avoir fait une erreur une fois (ou même plusieurs fois) ne fait pas de nous une moins que rien! Par contre, faisons le nécessaire pour que ça ne se reproduise plus. De toute façon, nous ferons d'autres erreurs! Alors autant être fière de notre travail, de nos talents, et surtout accepter de recevoir la rémunération que cela mérite. Tu fais un métier, tu mérites salaire un point c'est tout!



9. Essayer d'être comme tout le monde ou de faire "ce qui marche"


Quand on ne vend pas bien, notre première tendance est de regarder ce que fait la concurrence: consciemment ou pas, on se met à chercher une manière de fonctionner qui se rapproche de ce qui semble, à nos yeux, "fonctionner". On change notre personnalité, nos produits... sauf que ça marche pas mieux.


D'abord, parce que ça crée chez toi un gouffre de tristesse non assumé lorsque tu fais quelque chose qui ne te ressemble pas, ne t'épanouit pas. Ensuite, parce que le client le ressent, et n'est pas idiot: ce qu'il préfère par contre, c'est de l'originalité, de l'unicité, une expérience à tes côtés!


Certains n'aiment pas ton style? Tant mieux! C'est bon signe, c'est que tu en dégages un! Par contre, si personne ne semble aimer ton style, demande des avis, des retour, autant que tu peux. Mets ta fierté de côté au bénéfice d'une belle progression ensuite. Tu entendras peut-être tout simplement:


"En fait, c'est pas trop mon style mais par contre je vois trop bien ma nièce avec ça!" (Du coup, peut-être que tu croyais créer un produit pour une cible qui s'avère ne pas être celle prévue)


"J'aime bien, mais je ne trouve pas ça pratique parce que...., du coup je l'achète chez... parce que, mais je serais plus heureuse de l'acheter chez quelqu'un comme toi."


"En réalité, l'idée me plaît, mais pas le format: si c'était un cours en plusieurs jours plutôt que plusieurs semaines, je le ferais". (Ce qui t'indique un mode de fonctionnement peut-être différent de ce que tu avais prévu.


Naturellement, ne te contente pas d'un seul retour, cherche les au maximum avant toute modification. Plus tu en as, mieux c'est, même si c'est inconfortable!



10. Ne pas avoir de routine/système installé


Fonctionner au feeling, à l'aveugle, sans routine ni organisation, ça ne te permet pas de reposer ton cerveau: du coup, c'est plus difficile d'avoir de nouvelles idées. Si certains grands entrepreneurs ne s'habillent qu'en jeans + T-shirt blanc, c'est uniquement pour n'avoir aucune décision à prendre qui leur semble "secondaire" et énergivore. Je ne te dis pas de vivre en T-shirt blanc, mais d'organiser ton quotidien pour que tout ce qui est répétitif te prenne le moins d'énergie et de temps possible. Facilite ton quotidien, ça te permettra d'optimiser cela ensuite, voire même de déléguer sans aucun effort.


Les économies financières se situent là aussi: moins de temps perdu, plus d'idées, plus de facilité à se faire aider.



11. Avoir une liste mail de ta clientèle et ne rien leur envoyer, ou pire, ne pas avoir de liste du tout


Les réseaux sociaux, c'est magnifique comme opportunité: mais souviens-toi que rien, absolument rien ne t'appartient. Ni la plateforme, ni la liste de contacts, ni la décision de rester ou disparaître. Si FB ferme ton compte demain alors que tu mises tout dessus et que tu n'as aucun mail, Bye ton salaire. La liste mail, c'est la seule manière de recontacter des personnes intéressées par ce que tu fais et de tisser des liens avec ta clientèle durablement. Certes, tout le monde ne donne pas son mail. Mais tout le monde n'est pas sur FB. Enfin, si quelqu'un veut vraiment rester au courant, il donnera son mail: du coup, cela te permet de faire le tri, ce sont probablement des personnes plus déterminées et plus intéressées par ton travail.



12. Ne pas connaître ton client, ses besoins, ses désirs, ses blocages


Comme dit autrement plus haut, ce que dit et pense ton client compte plus que toutes tes suppositions. Dans le cas contraire, tu peux longtemps continuer à vendre des manteaux à 3 manches alors que l'humain a 2 bras.


Si tu ne comprends pas exactement ce que souhaite ton client et ce qui l'empêche de passer l'acte d'achat chez toi, tu ne pourras pas t'améliorer. Or, tout repose sur cela: ta communication, tes prochains nouveaux produits/services...


Naturellement, tu dois tenir compte de tes besoins tout autant: rester alignée à tes valeurs, tes besoins primaires, ton temps, ta santé, tes aspirations... Mais une fois tout cela défini, impossible d'être prospère s'il n'y a pas de connexion entre ton entreprise et son client.


Est-ce que par exemple, il désire ce produit pour "parvenir à"..., pour "réaliser quelque chose", "atteindre tel résultat"? Ou plutôt pour "ne plus vivre telle chose", pour "éviter telle sensation", "cesser tel comportement"?


En sachant ses besoins, tu pourras mieux le comprendre et mieux l'orienter ou même, si nécessaire, être capable de lui dire que tu/ton produit ne lui convient pas.



13. Tourner autour du pot quand tu expliques ce que tu vends ou faire des tournures de phrases que personne ne comprend (sauf ceux du milieu), donc, ne pas parler le langage de ton client


En lien avec tout ce qui a été dit précédemment, j'ai moi aussi été une spécialiste pour endormir celui qui me demande "et toi, tu fais quoi"? Quand il ne s'endormait pas, à la fin, il me disait: "heu j'ai pas tout compris". Donc, traduction, on est souvent trop long, pas clair, trop dans notre univers pour se mettre à la place et dans les oreilles de l'autre qui est non initié.


Aussi, apprendre à être précis + capter l'attention en un temps record, c'est un outil très pratique dans ce monde où chacun a à peine quelques secondes de concentration d'affilée à nous accorder.



14. Avoir un super produit/service mais personne qui est au courant


Simple comme bonjour: ne rien faire pour dire au monde que tu existes. Quelque soit le biais ou support, papier, carte, site, réseaux, événements, bouche à oreille, rencontre, si tu restes dans ton coin... il ne se passera rien. Faire un post Facebook par mois, ça ne compte pas :-)



15. Faire des erreurs stratégiques qu'on ne remarque pas mais que le client remarque tout de suite: un prix trop peu cher ou trop cher, un vocabulaire décalé par rapport à la clientèle à qui tu t'adresses, une dissonance entre ce qu'on dit et qu'on dégage


J'ai souvent eu cette réflexion au sujet d'un produit de quelqu'un: oh ben mince, si c'était vendu en pack de 3 plutôt que, j'achèterais immédiatement! Ou encore, avoir le sentiment qu'un prix est exorbitant et que le discours qui l'accompagne ne permet pas de déceler la valeur du produit, ne semble pas crédible. Ou l'inverse, une créatrice (genre moi pendant longtemps) qui vend une création unique à un prix dérisoire, à peine capable de s'acheter des nouilles ensuite.


Autre chose de plus subtile mais nettement moins facile à gérer: j'ai déjà eu l'occasion de remarquer des services de bien-être ou de soins, donnés par des personnes à l'opposé de ce qu'elles prônent. On a tous le droit à une mauvaise passe. Également le droit de ne pas être à 100% congruent parce que ce n'est pas possible. Mais par exemple, lorsque parfois je vois des personnes ne pas réussir, il m'arrive de remarquer que l'énergie de la personne n'est pas alignée avec son discours, que quelque chose coince fort. J'aimerais et j'espère qu'une amie me le dirait quand c'est le cas pour moi! Et ça l'a été souvent. Pour soi-même, c'est dur à remarquer! Parfois, il suffit de quelques ajustements. Mais la perception qu'on donne de nous n'est pas toujours juste, ce qu'on dégage est parfois très éloigné de ce qu'on souhaite dégager ou ce qu'on croit refléter.


Or parfois, c'est ce petit nœud là qui empêche les clients de passer à l'action.



16. Qui découle du point précédent: ne pas demander de feedback à ses clients


Tu auras compris pourquoi. Mais également, pour toujours faire progresser nos processus, nos produits, nos contenus.


17. Demander du feedback à des amis qui ne sont pas du tout nos clients idéaux ou a notre mari flippé qu'on soit indépendante,


Nos proches ont ce désir de nous voir heureuse: mais heureuse, dans leur perception, est parfois teinté de leurs croyances, peurs, désirs, qu'ils projettent sur nous avec des conseils ou feedbacks relativement peu objectifs. Le plus efficace: demander du feedback d'une part à des potentiels clients, ou clients, ou à des personnes formées pour avoir le recul nécessaire, le tact et la justesse, sans trop d'émotions personnelles.


Eviter aussi de demander à notre maman qui ne comprend pas du tout pourquoi on veut vivre du web alors qu'on pourrait accepter ce super post à la Mairie que l'oncle vient juste de nous proposer, encore une fois, puisqu'il semble qu'on a pas de travail.



18. Passer plus de temps à paniquer qu'à produire/créer/prospecter


Une erreur que j'ai commise aussi: à force de réfléchir, on en oublie de continuer à produire. Je ne dis pas qu'il faut continuer sans lever la tête, au contraire. Mais rester paralysé par la peur et le doute, ça ne permet pas d'avoir du concret sur lequel s'appuyer pour prendre des décision. Les suppositions, c'est jamais bon!


D'autre part, tout ne peut pas s'arrêter parce qu'on un doute: c'est parfois une fuite que de passer plus de temps à angoisser qu'à faire. Peut-être que ça camoufle quelque chose: comme la difficulté à se concentrer, à faire des tâches moins glamour et répétitives, ou le dur constat qu'en fin de compte, on aime pas trop l'activité choisie (ça m'est déjà arrivé). Cela arrive. Si tu passes plus de temps à réfléchir / flipper / penser qu'autre chose, demande-toi ce que tu essayes de fuir en évitant l'action.



19. Passer la majorité de son temps sur des salons/événements dont les 3/4 ne sont pas rentables


Les événements, c'est chouette, quand c'est bien choisi et bien préparé. J'ai été la reine de l'impro et aussi la reine pour accepter d'aller un peu n'importe où. Du coup, pas toujours de stock suffisant, pas toujours de recul pour réaliser qu'il n'y a jamais personne à cet événement, ou pire, qu'il y a énormément de monde et que je ne suis pas prête pour.


Cependant, les événements sont énergivores et demandent une bonne prépa pour espérer être rentable: du coup, si tu passes ta vie en événement et qu'il ne se passe rien, prends une pause pour faire le point et observer chaque résultat obtenu, contexte, produit... Comment mieux réussir le prochain? Quitte à dépenser des sous et du temps, autant que ça vaille le coup.


20. Se contenter de vendre dans sa région (sauf cas particulier)


Hormis certains types de produits, ce serait vraiment dommage de se contenter de vendre dans sa petite région: car j'ai fait cette erreur à l'époque, or j'aurais eu beaucoup à y gagner si j'avais étendu ma clientèle à l'international. Aujourd'hui, tout est fait pour nous y aider!



21. Ne pas investir assez ou ne pas investir au bon endroit


Parfois, on croit qu'il nous faut plus de tissus, plus de flyers, plus de stock, plus d'outils... or, parfois, la réussite au stade où nous sommes arrivées ne dépend plus que d'un seul levier, très variable selon les cas. Ce peut être réinvestir dans le site, dans de la pub FB, dans une compétence qui pourrait permettre de doubler nos prix, dans un employé pour faire équipe ou dans des prestataires pour externaliser certaines tâches et déléguer... Investir peut être une vraie bonne solution ou une grosse erreur selon le poste auquel c'est alloué.



22. Laisser la famille ou le quotidien envahir ta routine de travail si tu es à la maison


Ton travail est un vrai travail, même si ça n'y ressemble pas, même si tu es à la maison. C'est essentiel de trouver la routine qui te permet d'être efficace pour chaque phase que nécessite ton job. Prends le temps de mettre à plat ton fonctionnement, lister les différents types de tâches et l'énergie/la concentration qu'elles demandent, pose un horaire et réalise une MAGNIFIQUE pancarte: "Interdit de déranger de telle heure à telle heure sauf si la maison brûle". Même toi, ça va t'aider à ne pas sortir de ton bureau toutes les 5 minutes pour une machine qui tourne ou toute autre excuse.



23. Avoir l'impression que tu travailles beaucoup, mais en réalité, faire beaucoup de "pseudo-travail"


Enfin, et j'ai été une grande spécialiste de cette comédie: quand tu es entrepreneur, tu as des tâches aux mille casquettes, tu le sais. Du coup, souvent, on tombe dans la très mauvaise habitudes de "faire des trucs" qui nous donne l'impression de travailler, qui sont nécessaires mais qui ne sont pas non plus le cœur de notre métier.


Exemple: si tu fais des bijoux, ton cœur de métier, c'est... faire des bijoux. Les outils qui te permettent de les vendre, comme ta communication, c'est... un outil, un canal pour rejoindre tes clients. Cela fait partie du travail, bien entendu. Cela pose un petit souci quand tu réalises que tu passes tes journées à créer du contenu pour les réseaux sociaux, et que dans le fond, ton stock est bien trop peu élevé. Tout dépend du bilan du moment évidemment. Si tu as tout le stock qu'il faut mais que tu as des lacunes dans ta communication, super. Mais si tu donnes l'impression de "faire beaucoup de choses importantes" pour finir par faire tout sauf... travailler réellement, c'est qu'il y a quelque chose qui coince quelque part. Envie, concentration, fuite, peur, lassitude, distraction, manque de plan, de vision... Tout est possible.


Pour cela, moi je tiens un petit bilan horaire de ce que j'ai fait pendant la journée, qui lui, ne peut pas me mentir, contrairement à mes "perceptions de beaucoup travailler", qui me trompent souvent et me donnent bonne conscience. Alloue du temps au travail de production, au travail de planification, de compta, de com', etc...d'inspiration. Chacun mérite son droit d'exister et est nécessaire, mais avoir une vision claire d'où va ton temps est super précieux!


Il y a même une application pour ça: https://toggl.com/ ("Where did my time go?)


Pour terminer, rien ne compte davantage que de laisser s'exprimer ton unicité, pour être reconnaissable, mémorable et incontournable!


Et voilààààà ! J'espère que ces quelques pistes t'ont été utiles.


  1. Et si tu ne restais pas seule dans ton coin, peut-être que nous pourrions être plusieurs à t'aider à clarifier ce qui coince? Même anonymement si souhaité, partage avec nous ci-dessous: pourquoi est-ce que tu crois ne pas vendre? Qu'est-ce qui se passe pour toi?

  2. Enfin, n'hésite pas à nous mettre des liens pour que les autres puissent te donner un avis, tout à fait bienveillant: ici, on est toutes dans le même bateau: on veut que ça fonctionne, et on a besoin des autres pour ça! Si on ne change rien, rien ne change!


Merci pour ta lecture!


Que ta vie soit un feu d'artifice,

Isa


Si tu as aimé cet article, que tu le trouves pertinent ou utile, tu peux le partager ou l'épingler :-)




Télécharge mon ebook gratuit pour te lancer:
"Par où commencer pour gagner un revenu depuis chez toi et est-ce que ton idée est viable" !

© 2019 by Isabelle Gieling -www.slasheuse-digitale.com

  • Black Instagram Icon
  • Black Pinterest Icon
  • Black YouTube Icon